Du basket au baseball, en passant par le foot US ou le cyclisme. Venez vibrer avec nous !
aliG
Membre
Avatar de l’utilisateur
Messages: 7082
Localisation: Le Plessis-Robinson (92)
Partie FM: West Ham United 2029-30
 

Cyclisme

de aliG 02 jan 2015 - 19:47

[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux]



Équipes World-Tour :



[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] AG2R La Mondiale
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Astana Pro Team
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] BMC Racing Team
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Cannondale - Garmin
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Etixx - Quick Step
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] FDJ
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Giant - Alpecin
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] IAM Cycling
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Team Katusha
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Lampre - Merida
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Lotto NL - Jumbo
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Lotto - Soudal
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Movistar Team
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Orica - GreenEDGE
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Team Sky Pro Cycling
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Team Tinkoff - Saxo
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Trek Factory Racing




Équipes Continentales Pro :



[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Androni Giocattoli - Venezuela
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Bardiani Valvole - CSF Inox
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Bora - Argon18
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Bretagne - Séché Environnement
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Caja Rural - Seguros RGA
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] CCC Sprandi Polkowice
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Cofidis
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Team Colombia
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Cult Energy - Vital Water
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Drapac Professional Cycling
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Team Europcar
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] MTN Qhubeka
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Nippo - Vini Fantini
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Team Novo Nordisk
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Roompot / Orange Cycling Team
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] RusVelo
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Team Southeast
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Topsport Vlaanderen - Baloise
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] UnitedHealthcare Pro Cycling Team
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Wanty - Groupe Gobert



___________________



Calendrier World Tour :


20>25 janvier - [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Tour Down Under

8>15 mars - [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Paris - Nice
11>17 mars - [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Tirreno - Adriatico
22 mars - [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Milan - San Remo
23>29 mars - [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Tour de Catalogne
27 mars - [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Grand-prix E3 d'Harelbeke
29 mars - [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Gand-Wevelgem

5 avril - [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Tour des Flandres
6>11 avril - [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Tour du Pays Basque
12 avril - [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Paris - Roubaix
19 avril - [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Amstel Gold Race
22 avril - [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Flèche Wallonne
26 avril - [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Liège - Bastogne - Liège

28 avril>3 mai - [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Tour de Romandie
9 mai>31 mai - [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Tour d'Italie

7>14 juin - [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Critérium du Dauphiné
13>21 juin - [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Tour de Suisse

4>26 juillet - [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Tour de France

1 août - [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Clasica San Sebastian
2>8 août - [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Tour de Pologne
10>16 août - [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Eneco Tour
22 août > 13 septembre - [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Tour d'Espagne
23 août - [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Vattenfall Cyclassic
30 août - [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Grand-Prix de Plouay

11 septembre - [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Grand-Prix de Québec
13 septembre - [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Grand-Prix de Montréal
19>27 septembre - [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Championnats du Monde (Richmond)

4 octobre - [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Tour de Lombardie
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux]
max
Membre
Avatar de l’utilisateur
Messages: 3900
Localisation: Montmorillon (86)
 

Re: Cyclisme (2015)

de max 14 jan 2015 - 19:25

La vie est belle
Le destin s'en écarte
Personne ne joue avec les cartes
Le berceau lève le voile
Multiples sont les routes qu'il dévoile
Tant pis on est pas né sous la même étoile
Queen
Membre
Avatar de l’utilisateur
Messages: 3718
 

Re: Cyclisme (2015)

de Queen 15 jan 2015 - 00:38

Sympa y'a Ciolek qui a gagné MSR l'an dernier un peu miraculeusement tant il était à la rue ces derniers temps. Et y'a évidemment les fameux érythréens dont on parle chaque année.
Je jouais avec l'Equipe B de l'OM, qui était d'un niveau de football inférieur à celle de la A, Doria
Henri
Awards - Serviable
Avatar de l’utilisateur
Messages: 8737
 

Re: Cyclisme (2015)

de Henri 15 jan 2015 - 01:05

Dis m'en + sur ces érythréens :huh:
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux]
Grand merci à Chaze pour la sign' ^^ - Envie de changer de PC ? Par ici ^^ - Là je divague un peu Stev' 08/05/2015
aliG
Membre
Avatar de l’utilisateur
Messages: 7082
Localisation: Le Plessis-Robinson (92)
Partie FM: West Ham United 2029-30
 

Re: Cyclisme (2015)

de aliG 20 jan 2015 - 19:28

[t]Tour Down Under : Bobridge surprend son monde[/t]

[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux]


Jack Bobridge a remporté la première étape du Tour Down Under. L'Australien a surpris les sprinteurs pour s'imposer.

Après cinq tentatives, Jack Bobridge est finalement parvenu à remporter une étape sur le Tour Down Under. Pour y arriver, l'Australien de 25 ans a neutralisé les sprinteurs qui pouvaient prétendre à la victoire alors que le peloton revenait sur l'échappée de quatre coureurs dont il faisait partie. «Je n'avais jamais vraiment été en position de remporter une étape dans cette épreuve. J'avais toujours été agressif, mais ça n'avait pas suffi. Alors remporter cette première étape et porter le maillot de leader me laisse sans voix. Je ne sais pas quoi dire de plus», a-t-il déclaré après l'étape de 133 kilomètres. Une victoire prometteuse Bobridge va tenter de battre le record de l'heure le 31 janvier prochain. On pouvait considérer qu'il aborderait le Tour Down Under comme un grand entraînement : l'échappée gagnante a montré que le moteur était en ordre de marche.

Classement de l'étape et général :

1. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Jack Bobridge (UniSA - Australia) en 2h59'44"
2. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Lieuwe Westra (Astana) à 0"
3. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Luke Durbridge (Orica - GreenEDGE) à 0"
4. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Maxim Belkov (Katusha) à 0"
5. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Niccolo Bonifazio (Lampre - Merida) à 0"

Source : lequipe.fr



______


[t]Tour de San Luis : Gaviria plus fort que Cavendish[/t]

[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux]


Alors que l'Argentine a été bouleversée par le meurtre du procureur de Buenos Aires, le jeune colombien Fernando Gaviria a remporté au sprint, et à la surprise générale, la 1ère étape devant Mark Cavendish.

La grande et joyeuse fête promise pour le départ de la 9e édition du Tour de San Luis n’aura été qu’un pétard mouillé. Lundi matin, l’Argentine s’est réveillée en apprenant l’assassinat d’Alberto Nisman, le procureur principal de Buenos Aires, retrouvé mort à son domicile de Puerto Madero, gisant dans sa baignoire atteint par une balle en pleine tête. Le magistrat argentin enquêtait depuis dix ans sur l’attentat meurtrier qui avait fait 85 morts en juillet 1994 dans les locaux de l’association israélite d’Argentine (AMIA) à Buenos Aires. Il s’apprêtait à entendre la Présidente de la République Cristina Fernandez de Kirchner et son gouvernement, qu’il accusait d’avoir couvert le régime iranien, suspecté de cette tuerie qui avait ébranlé le pays et sa communauté juive.

Alors que les habitants de San Luis étaient bien plus occupés à suivre l’événement morbide de la journée diffusé en boucle sur les chaînes de télévision que le départ de l’épreuve cycliste, un véritable déluge de pluie venait s’abattre sur la cité, transformant les rues en parc aquatique. Finalement, peu avant le départ de cette 1re étape entre San Luis et Villa Mercedes (17h50 heure française), le vent provenant des Sierras Grandes est arrivé à point nommé pour faire baisser les eaux. Un vent puissant et souvent défavorable qui a accompagné le peloton durant la journée. A Villa Mercedes, point d’orgue de cette première journée, le public a finalement daigné pointer le bout de son nez à deux heures de l’arrivée. Le cyclisme semblait peu à peu reprendre ses droits.

Si les Argentins Leandro Messineo (San Luis Somos Todos) et Ignacio Perez (Team San Juan) ainsi que l’Américain David Williams (Jamis-Hagens Berman) sont parvenus à caracoler en tête durant plus de 150 kilomètres, le peloton, sous l’impulsion de l’équipe Etixx-Quick Step, a remis les choses en place à une dizaine de kilomètres de l’arrivée. Tout semblait prêt pour que Mark Cavendish parvienne à s’adjuger sa première victoire de la saison mais une chute d’une partie du peloton dans les derniers kilomètres venait perturber le train imposé par l’équipe Etixx. Une situation qui profitait finalement au jeune coureur colombien Fernando Gaviria, qui parvenait à s’imposer au sprint et contre toute attente devant le Britannique Mark Cavendish et l'Italien Sacha Modolo.

«J’ai eu la chance de pouvoir échapper à la chute dans le final, expliquait le coureur de la sélection nationale colombienne. Lorsque j’ai vu le train impressionnant qu’imposait l’équipe Etixx-Quick Step je me suis dit qu’il n’y aurait rien à faire. Mais la porte s’est ouverte et j’ai pu donner ma pleine puissance. Battre Cavendish, c’est tout simplement surréaliste!» Agé de 20 ans et premier leader de ce Tour de San Luis, Fernando Gaviria s’était jusqu’à présent illustré sur la piste où il a remporté en fin d’année dernière la médaille d’or de l’épreuve omnium lors de la manche de Coupe du monde à Londres, et fut champion du monde juniors de l’omnium et de l’américaine.

Source : lequipe.fr
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux]
aliG
Membre
Avatar de l’utilisateur
Messages: 7082
Localisation: Le Plessis-Robinson (92)
Partie FM: West Ham United 2029-30
 

Re: Cyclisme (2015)

de aliG 21 jan 2015 - 19:06

[t]Tour Down Under : Le sprint pour Lobato[/t]

[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux]


La deuxième étape du Tour Down Under a été remportée ce mercredi par Juan José Lobato (Movistar). Vainqueur la veille, Jack Bobridge (Budget Forklifts) garde les commandes du classement général.

Juan José Lobato (Movistar) s'est imposé lors du sprint de la deuxième étape du Tour Down Under, longue de 150 kilomètres entre Unley et Stirling ce mercredi. L'Espagnol a surgi dans les 50 derniers mètres pour devancer le Sud-Africain Daryl Impey (Orica-GreenEdge), alors que Movistar réalise une belle opération en plaçant un deuxième coureur, Gorka Izaguirre, sur le podium du jour. Dossard numéro 1 en hommage à sa toute proche fin de carrière, Cadel Evans (BMC) a terminé en cinquième position.

«J'ai trouvé ce final très difficile, mais j'ai réussi à m'en sortir à l'approche de la ligne et c'est une bonne victoire pour l'équipe», a commenté Lobato. Dixième de l'étape, le Français Samuel Dumoulin (AG2R La Mondiale) occupe désormais la 13e place du classement général, toujours dominé par Jack Bobridge (Budget Forklifts), vainqueur de la première étape mardi. L'Australien comptait s’attaquer au record de l’heure la semaine prochaine mais va désormais «défendre aussi loin que possible» son maillot.

Classement de l'étape :

1. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Juan José Lobato (Movistar) en 3h32'24"
2. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Daryl Impey (Orica - GreenEDGE) à 0"
3. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Gorka Izagirre (Movistar) à 0"
4. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Tom Dumoulin (Giant - Alpecin) à 0"
5. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Cadel Evans (BMC Racing) à 0"


Classement général :

1. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Jack Bobridge (UniSA - Australia) en 6h41'55"
2. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Juan José Lobato (Movistar) à 3"
3. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Lieuwe Westra (Astana) à 4"
4. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Daryl Impey (Orica - GreenEDGE) à 7"
5. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Gorka Izagirre (Movistar) à 9"

Source : lequipe.fr



______


[t]Tour de San Luis : Daniel Diaz défie Nairo Quintana[/t]

[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux]


Le champion d'Argentine Daniel Diaz s'est adjugé la première étape de montagne, mardi, et devient le nouveau leader de l'épreuve. Nairo Quintana, septième, n'est pas si mal que ça.

L’Argentin, jovial et bon vivant, avait décidé en masse de charger la glacière dans le coffre et sortir la chaise longue pour s’installer sur les rampes du Mirador del Potrero, terme de la deuxième étape du Tour de San Luis et premier rendez vous de l’épreuve avec la montagne. Le soleil brûlant a bien plombé le pic argentin tout au long de la journée mais pas les jambes des coureurs sud-américains, qui ont véritablement fait exploser un peloton encore regroupé au pied de la bosse finale.

Le jeune Romain Guillemois (Europcar), échappé de la première heure en compagnie de quatre autres coureurs (Tolosa, Quintero, Haedo, Muller), n’a pas eu le temps de voir passer les missiles d’Amérique Latine alors qu’il restait cinq kilomètres pour parvenir au sommet. Nairo Quintana a été le premier à lancer l’assaut, histoire sans doute de tester ses forces pour sa première course de la saison. Colombiens, Argentins et Brésiliens ont mené le bal tout au long de l’ascension laissant les coureurs de la vieille Europe, excepté l’Espagnol Dani Moreno, terminer la journée à leur rythme.

Diaz a déjà gagné l'épreuve en 2013

Sur les hauteurs de La Punta, Daniel Diaz n’a laissé le soin à personne de rappeler qu’il s’était adjugé ce Tour de San Luis en 2013 et qu’il avait même dominé Alberto Contador cette année-là. Le champion d’Argentine, passé pendant une saison par La Pomme Marseille en 2011, a réalisé un grand numéro en partant seul à un kilomètres du but pour aller s’imposer comme il se doit et prendre les rênes du classement général du Tour de San Luis. «Ca n’a pas été simple et les premiers mots qui me viennent sont d’avoir vécu une souffrance extrême, disait le coureur de l’équipe brésilienne Funvic-Sao José Dos Campos. Les bons souvenirs de 2013 sont revenus en mémoire sur la ligne et j’en ai eu la chair de poule. J’étais particulièrement concentré sur cette étape que je connaissais bien. Je savais à quel moment je pouvais attaquer pour faire la différence.»

Sur les cimes del Potrero de los Funes, à 1270 mètres d’altitude, Diaz a laissé le Colombien Rodolfo Torres (Team Colombia) à 6 secondes, le Brésilien Kleber Da Silva (Funvic) à 25 secondes et enfin le groupe d’Eduardo Sepulveda, l’Argentin de Bretagne-Séché Environnement, à 27 secondes. Un groupe dans lequel figurait Nairo Quintana, peut-être encore un peu juste au bout de deux jours de course. Le coureur de l’équipe Movistar ne s’est pas attardé sur la ligne. Il a préféré s’engouffrer dans la voiture de son équipe et rejoindre au plus vite son hôtel de San Luis, à une vingtaine de bornes de là. Mais non sans lancer un clin d’œil évocateur à l’assistance avant de partir.

Source : lequipe.fr
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux]
aliG
Membre
Avatar de l’utilisateur
Messages: 7082
Localisation: Le Plessis-Robinson (92)
Partie FM: West Ham United 2029-30
 

Re: Cyclisme (2015)

de aliG 23 jan 2015 - 11:10

[t]Tour Down Under : Rohan Dennis prend les commandes[/t]

[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux]


L'Australien Rohan Dennis (BMC) s'est emparé du maillot de leader du Tour Down Under, ce jeudi, après avoir remporté la troisième étape entre Norwood et Paracombe, jeudi. Il a devancé son coéquipier Cadel Evans, lequel prendra sa retraite à l'issue de la course, de trois secondes au terme d'une ascension finale de 1,5 km. Tom Dumoulin (Giant-Alpecin) a pris la troisième place de l'étape. Ces trois hommes se suivent également au classement général : Evans est deuxième à 7 secondes et Dumoulin troisième à 9 secondes.

Classement de l'étape :

1. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Rohan Dennis (BMC Racing) en 3h35'08"
2. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Cadel Evans (BMC Racing) à 3"
3. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Tom Dumoulin (Giant - Alpecin) à 3"
4. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Maxime Bouet (Etixx - Quick Step) à 5"
5. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Michael Rogers (Tinkoff - Saxo) à 5"



[t]Tour Down Under : Un sprint chaotique pour la quatrième étape[/t]

[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux]


Steele von Hoff (sélection australienne) a remporté la 4e étape du Tour Down Under au terme d'un sprint marqué par une chute collective.



Steele von Hoff a remporté la quatrième étape du Tour Down Under en s'extirpant d'un sprint chaotique où les chutes ont été nombreuses. La conclusion de cette étape de 145 km s'est jouée dans les 150 derniers mètres et von Hoff en a profité pour signer la première victoire de sa carrière. «Jack Bobridge me disait d'être patient tout au loong de l'étape, m'assurant qu'il connaissait par coeur ces routes. Je lui ai fait confiance et quand il m'a dit d'y aller dans les derniers kilomètres, j'ai collé au train des premiers, notamment Mark Renshaw, et j'ai pu passer sur la gauche», confiait von Hoff après l'arrivée.

Classement de l'étape :

1. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Steele von Hoff (UniSA - Australia) en 3h24'28"
2. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Daryl Impey (Orica - GreenEDGE) à 0"
3. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Wouter Wippert (Drapac) à 0"
4. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Heinrich Haussler (IAM Cycling) à 0"
5. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Samuel Dumoulin (AG2R La Mondiale) à 0"


Classement général :

1. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Rohan Dennis (BMC Racing) en 13h41'34"
2. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Cadel Evans (BMC Racing) à 7"
3. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Tom Dumoulin (Giant - Alpecin) à 9"
4. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Daryl Impey (Orica - GreenEDGE) à 13"
5. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Richie Porte (Sky) à 15"

Source : lequipe.fr



______


[t]Tour de San Luis : Gaviria terrasse Cavendish[/t]

[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux]


Pour la deuxième fois en trois jours, le jeune Colombien Fernando Gaviria a devancé au sprint le Britannique Mark Cavendish, mercredi. Sans la moindre contestation possible.

On ne sait pas encore jusqu’où est capable d’aller le jeune colombien Fernando Gaviria. Il apparaît juste clairement, au-delà d’être la grande révélation du Tour de San Luis, qu’il possède une pointe de vitesse remarquable et qu’il s’est de nouveau imposé au sprint au cours de cette troisième étape avec la plus grande facilité devant Mark Cavendish, comme il l’avait déjà fait dans les rues de Villa Mercedes lundi dernier. Car il ne fallait sans doute pas vexer le gamin de La Ceja, dans la province d’Antioquia, qui avait essuyé une remarque désobligeante de la part de Sacha Modolo, encore troisième sur la ligne à Juana Koslay. L'Italien avait considéré que le coureur de la sélection colombienne avait eu une chance inouïe au cours de la première étape et que lui et un autre cador comme Cavendish allaient vite remettre les pendules à l’heure.

Gaviria a répondu à la pédale. «J’ai vu que ça se regardait un peu du côté de l’équipe Etixx-Quick Step et j’ai décidé d’anticiper le sprint, a expliqué le Colombien. Il paraît que j’avais eu de la chance lors de ma première victoire. Peut-être bien. Mais là, ils ne pourront pas dire qu’ils ne me connaissaient pas. J’espère qu’ils ne vont pas trouver encore une excuse et seulement qu’ils doivent admettre la défaite.»

Encore deuxième et largement battu, Mark Cavendish n’est pas allé chercher la moindre excuse à cette déroute. Tout juste en a-t-il voulu un peu à son coéquipier Fabio Sabatini qui, selui lui, s’est un peu embrouillé les crayons au moment de l’emballage final. «Je pense qu’il a eu un léger doute au moment de me lancer le sprint, confiait le Britannique. Mais il faut bien avouer que Gaviria a une accélération formidable.»

A 20 ans, Fernando Gaviria Rendon affiche un caractère bien trempé. Formé à la piste, récent vainqueur de l’omnium lors la manche de Coupe du monde, double champion du monde juniors en 2012 de l’omnium et de l’américaine, mais aussi champion de Colombie du contre-la-montre dans cette même catégorie, Gaviria semble se diriger vers une prometteuse carrière sur la route, notamment au niveau du sprint, alors qu’il porte encore les couleurs du club amateur de Coldeportes-Claro. «Battre deux fois Cavendish au sprint, c’est tout simplement inimaginable, estime le Colombien. Pour moi, il est le meilleur sprinteur de la planète. Sans doute que j’ai couru plus que lui cet hiver parce que je prépare le prochain Mondial sur piste et que je suis plus en avance que lui au niveau de la forme. Avant ce Tour de San Luis, je n’avais jamais pensé que j’avais des chances de gagner une étape. J’ai toujours rêvé de battre Cavendish un jour, mais c’était sur mon canapé en regardant la télé lorsqu’il dominait les sprints sur le Tour.»

En dépit d’une multitude de chutes qui ont émaillé la journée, dont une dernière sous la flamme rouge, l’Argentin Daniel Diaz a aisément conservé son maillot de leader.

Source : lequipe.fr




[t]Tour de San Luis : Daniel Diaz fait vaciller Nairo Quintana[/t]

[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux]


L'Argentin Daniel Diaz a consolidé son rang de leader du Tour de San Luis en remportant, jeudi, sa deuxième étape de montagne. Il a repris du temps sur le Colombien Nairo Quintana.

Alto el Almago, col perché à 1720 mètres et niché au milieu d’une vaste lande de pierres. L’endroit est resté sauvage et seuls les vestiges d’anciennes mines d’or colorent encore vaguement le paysage. Dans ce paradis perdu, quelques orpailleurs s’entêtent toujours à scruter le moindre caillou d’une pauvre rivière où ne filtre plus qu’un maigre filet d’eau. Dans le coin, l’El Dorado n’est plus qu’un mirage. Sauf, sans doute, pour Daniel Diaz.

L'Argentin a de nouveau survolé la 4e étape du Tour de San Luis, jeudi, en parvenant seul au sommet du pic d’Almago, un peu comme il l’avait déjà fait lors de la 2e étape en haut du Mirador del Potrero. Le champion d’Argentine s’élève au-dessus des débats. Il semble aussi fort qu’en 2013, lorsqu’il s’était adjugé l’épreuve. «Je pense que je suis actuellement au sommet de ma forme, mais également en terme de maturité», expliquait le coureur de l’équipe brésilienne Funvic.

Quintana a perdu presque une minute sur Diaz

Nairo Quintana, qui pointait à vingt secondes seulement de Diaz au général avant ce second défi montagneux, a bien tenté de mettre le feu aux poudres dès le début de l’ascension finale. Il restait dix kilomètres jusqu’au sommet, sur une pente à 7,2% de moyenne et des passages à plus de 10%. Le coureur de l’équipe Movistar, vainqueur du Tour de San Luis et de cette même étape l’an dernier, aura eu le mérite d’essayer, alors qu’il répète depuis son arrivée en Argentine qu’il n’est encore qu’à 50% de sa forme. Diaz s’est évaporé dans la montagne à quatre kilomètres du but, laissant Nairo Quintana, Eduardo Sepulveda (Bretagne-Séché Environnement) et Rodolfo Torres (Team Colombia) en découdre pour les places d’honneurs.

Finalement, arrivé dont on ne sait où, le Brésilien Alex Diniz, coéquipier de Diaz chez Funvic, contrôlé positif à l’EPO en 2009 et troisième du Tour de San Luis en 2013, est venu coiffer tout le monde sur la ligne pour la deuxième place, juste devant Torres. Quintana s’est contenté d’une quatrième place, perdant presque une minute sur Diaz, et Sepulveda 1’19’’. Si un contre-la-montre et une dernière étape de montagne se profilent encore, Dani Diaz a frappé fort. «Je voulais justement prendre un maximum de temps avant le chrono qui n’est pas ma spécialité, expliquait le solide leader du Tour de San Luis. Il reste encore du chemin jusqu’à l’arrivée et je ne suis pas à l’abri d’une défaillance.» Nairo Quintana était, au soir de cette étape, le premier à en douter.

Source : lequipe.fr
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux]
max
Membre
Avatar de l’utilisateur
Messages: 3900
Localisation: Montmorillon (86)
 

Re: Cyclisme (2015)

de max 23 jan 2015 - 12:16

Queen a écrit:Sympa y'a Ciolek qui a gagné MSR l'an dernier un peu miraculeusement tant il était à la rue ces derniers temps. Et y'a évidemment les fameux érythréens dont on parle chaque année.

Pas sur qu'il y ait beaucoup d'africains malheureusement, ils ont beaucoup d'européens et ils seront privilégiés je pense
La vie est belle
Le destin s'en écarte
Personne ne joue avec les cartes
Le berceau lève le voile
Multiples sont les routes qu'il dévoile
Tant pis on est pas né sous la même étoile
Sativa
Awards - Maladroit
Avatar de l’utilisateur
Messages: 5087
Localisation: Dunkerque
Partie FM: Swansea-Real-TFC
 

Re: Cyclisme (2015)

de Sativa 23 jan 2015 - 17:33

Van Rensburg c'est jouable.
Tekhlemanot aussi.

Le petit Gaviria a un bon potentiel dis donc, Cavendish venait également de la piste, peut-être aura-t-il la même carrière .. :)
Mehdiguadi devient Sativa
Kyrie Irving , best PG in the world :love: :love:
aliG
Membre
Avatar de l’utilisateur
Messages: 7082
Localisation: Le Plessis-Robinson (92)
Partie FM: West Ham United 2029-30
 

Re: Cyclisme (2015)

de aliG 24 jan 2015 - 12:57

[t]Tour Down Under : Porte s'impose[/t]

[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux]


Richie Porte (Sky) a remporté la cinquième étape du Tour Down Under samedi. Il est désormais deuxième du classement général à deux secondes de Rohan Dennis (BMC).

L'Australien Richie Porte s'est imposé samedi entre McLaren Vale et Willunga Hill (151,5 km) lors de la cinquième étape du Tour Down Under. Il a devancé de neuf secondes son compatriote Rohan Dennis (BMC), le leader du classement général, et l'Espagnol Ruben Fernandez (Movistar). Premier Français, Arnold Jeannesson (FDJ) s'est classé dixième. A l'issue de cette étape, Dennis garde les commandes du Tour Down Under. Porte, lui, a gagné trois places. Il est désormais deuxième du général à deux secondes du leader. Cadel Evans, troisième, pointe à vingt secondes.

Classement de l'étape :

1. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Richie Porte (Sky) en 3h37'32"
2. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Rohan Dennis (BMC Racing) à 9"
3. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Rubén Fernández (Movistar) à 16"
4. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Cadel Evans (BMC Racing) à 16"
5. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Tom Dumoulin (Giant - Alpecin) à 16"


Classement général :

1. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Rohan Dennis (BMC Racing) en 17h19'09"
2. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Richie Porte (Sky) à 2"
3. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Cadel Evans (BMC Racing) à 20"
4. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Tom Dumoulin (Giant - Alpecin) à 22"
5. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Rubén Fernández (Movistar) à 24"

Source : lequipe.fr



______


[t]Tour de San Luis : Pour Diaz, c'est presque parfait[/t]

[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux]


Le champion d'Argentine a conforté son rang de leader lors du chrono et repris du temps à Quintana. L'Italien Malori a dominé cette 5e étape.

Etrange ou pas, le Brésilien Alex Diniz (Funvic) n’a pas pris le départ du contre-la-montre du Tour de San Luis alors qu’il pointait encore avant cette 5e étape à la troisième place du général derrière son leader de coéquipier Dani Diaz et le Colombien Rodolfo Torres (Team Colombia). Une gastro-entérite est venue plomber le corps de Diniz, deuxième de l’étape de montagne au Alto el Amalgo, jeudi, et prêt à jouer le podium comme il avait déjà réussi à la faire en 2013, trois ans après avoir été contrôlé positif à l’EPO et suspendu pendant deux ans. «Alex a une infection intestinale qui l’a obligé a abandonner la course, expliquait Dani Diaz. C’est un atout de poids en moins pour notre équipe. Il pouvait encore m’apporter beaucoup notamment pour cette dernière étape de montagne. Mais bon, mes autres coéquipiers seront présents pour m’épauler.»

Le chrono n’a jamais été le fort du champion d’Argentine et leader du Tour de San Luis depuis le deuxième jour de course. Mais pour cet exercice chronométré d’un peu plus de dix-sept kilomètres dessiné autour de San Luis, l’Argentin de l’équipe Funvic s’est surpassé, pointant avec sept secondes de retard sur Nairo Quintana au premier pointage intermédiaire, pour finalement se classer dixième à l’arrivée et surtout devancer le colombien Nairo Quintana de deux secondes sur la ligne. «Réellement, je ne m’attendais pas à réaliser un tel temps et surtout être devant Quintana aujourd’hui, expliquait l’ancien coureur de La Pomme Marseille. A l’arrivée, j’ai même tout de suite demandé si je conservais le maillot de leader. Je suis vraiment heureux d’être encore premier au général avant cette dernière et difficile étape de montagne à Filo Sierras Comechingones. Je vois que Nairo progresse chaque jour mais si les jambes suivent comme les autres jours ça devrait aller.»

Malori a presque tout dit

Avec 1’9’’ d’avance au général sur le Colombien Torres et 1’25’’ sur Nairo Quintana, désormais troisième, l’Argentin possède une marge intéressante pour ne pas être inquiété et qu’en raison de ce qu’il a démontré au cours des deux premières arrivées en altitude on voit mal comment la course pour tourner en sa défaveur. «Effectivement, Nairo s’améliore chaque jour, expliquait l’Italien Adriano Malori, le vainqueur de l’étape du jour et coéquipier de Quintana chez Movistar. Mais je pense sincèrement que ce n’est pas un problème pour Diaz qui devrait logiquement gagner ce Tour de San Luis. Je crois que c’est maintenant presque impossible de renverser la situation. Tout juste Nairo peut essayer aller chercher une victoire d’étape. » Malori a presque tout dit. Dans son exercice de prédilection, l’Italien de l’équipe Movistar a remporté sans surprise l’unique chrono de l’épreuve, comme l’an passé, devant le champion du monde Michal Kiawtowski (Etixx-Quick Step) et le Canadien Hugo Houle (Ag2r La Mondiale). « L’an dernier, j’avais réalisé la même performance sur cette course et j’ai ensuite sans doute effectué la plus belle saison de ma carrière, disait Malori. Je suis part très fort mais j’ai été un peu surpris par le vent de face qui m’a perturbé sur les cinq derniers kilomètres. Mais, l’important c’est simplement d’avoir gagné.»

Source : lequipe.fr
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux]
Dwhant
Membre
Avatar de l’utilisateur
Messages: 3998
Localisation: En bord de Garonne
Partie FM: OM
 

Re: Cyclisme (2015)

de Dwhant 24 jan 2015 - 13:08

ça y est j'ai envoe de rejouer à PCM :(
#JeSuisCharlieEtSesDrolesDeDames

https://www.strava.com/athletes/5742450
Sativa
Awards - Maladroit
Avatar de l’utilisateur
Messages: 5087
Localisation: Dunkerque
Partie FM: Swansea-Real-TFC
 

Re: Cyclisme (2015)

de Sativa 24 jan 2015 - 13:14

Tous les ans c'est pareil avec le TdF aussi :hoho:
Mehdiguadi devient Sativa
Kyrie Irving , best PG in the world :love: :love:
Barsavi
Membre
Avatar de l’utilisateur
Messages: 549
Localisation: Braine-le-Comte
Partie FM: RSC Anderlecht
 

Re: Cyclisme (2015)

de Barsavi 24 jan 2015 - 16:28

Je vois que je ne suis pas le seul :p
aliG
Membre
Avatar de l’utilisateur
Messages: 7082
Localisation: Le Plessis-Robinson (92)
Partie FM: West Ham United 2029-30
 

Re: Cyclisme (2015)

de aliG 25 jan 2015 - 10:31

[t]Tour Down Under : Dennis l'emporte[/t]

[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux]


L'Australien Rohan Dennis (BMC) a remporté le Tour Down Under dimanche. La dernière étape autour d'Adelaïde est revenue au Néerlandais Wouter Wippert (Drapac).

Vainqueur la veille, Richie Porte (Sky) ne pointait plus qu'à deux secondes de Rohan Dennis (BMC) avant l'ultime étape du Tour Down Under. Mais le leader du classement général a finalement tenu bon et, à 24 ans, il a remporté la première grande épreuve de sa carrière. L'an dernier, Dennis avait terminé deuxième du Circuit de la Sarthe et du Tour de Californie, où il avait d'ailleurs signé une victoire d'étape. Il faisait également partie de l'équipe BMC sacrée championne du monde de contre-la-montre. Au final, Porte est resté à deux secondes de son compatriote. Le podium du Tour Down Under est 100% australien, puisque Cadel Evans (BMC) a fini troisième. Premier Français, Maxime Bouet (Etixx Quick Step) s'est classé quinzième. La dernière étape autour d'Adelaïde (90 km) a été enlevée par le Néerlandais Wouter Wippert (Drapac), qui a devancé au sprint Heinrich Haussler (IAM) et Boris Vallée (Lotto).

Classement de l'étape :

1. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Wouter Wippert (Drapac) en 1h56'09"
2. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Heinrich Haussler (IAM Cycling) à 0"
3. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Boris Vallée (Lotto - Soudal) à 0"
4. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Pavel Brutt (Tinkoff - Saxo) à 0"
5. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Daryl Impey (Orica - GreenEDGE) à 0"


Vainqueurs d'étape :

1è étape : [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Jack Bobridge (UniSA - Australia)
2è étape : [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Juan José Lobato (Movistar)
3è étape : [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Rohan Dennis (BMC Racing)
4è étape : [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Steele von Hoff (UniSA - Australia)
5è étape : [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Richie Porte (Sky)
6è étape : [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Wouter Wippert (Drapac)


Classement général final :

1. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Rohan Dennis (BMC Racing) en 19h15'18"
2. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Richie Porte (Sky) à 2"
3. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Cadel Evans (BMC Racing) à 20"
4. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Tom Dumoulin (Giant - Alpecin) à 22"
5. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Rubén Fernández (Movistar) à 24"
6. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Domenico Pozzovivo (AG2R La Mondiale) à 31"
7. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Daryl Impey (Orica - GreenEDGE) à 35"
8. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Gorka Izagirre (Movistar) à 52"
9. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Jarlinson Pantano (IAM Cycling) à 53"
10. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] George Bennett (LottoNL - Jumbo) à 57"

Source : lequipe.fr



______


[t]Tour de San Luis : Diaz n'a pas tremblé[/t]

[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux]


Avant une dernière étape qui s'annonce tranquille, le coureur argentin devrait remporter le Tour de San Luis pour la deuxième fois. Son coéquipier brésilien Kléber Da Silva s'est adjugé l'étape reine.

L'Argentine a de quoi pavoiser. Car, sauf accident dimanche lors de la dernière étape qui ne comporte pas de réelles difficultés ou bien à moins qu'une gastro-entérite carabinée vienne gâcher sa fête, Dani Diaz peut déjà savourer sa victoire sur ce Tour de San Luis, un deuxième succès après celui obtenu en 2013. La dernière étape de montagne, dont l'arrivée était jugée à Comechingones, à 2140 mètres d'altitude, était la dernière occasion pour Nairo Quintana, le lauréat de l'édition 2014, de tenter de renverser de son trône l'Argentin Diaz, déjà vainqueur des deux premières étapes en altitude. Le Colombien de l'équipe Movistar, qui répète n'être encore qu'à 50% de sa forme, a bien essayé de faire basculer la course du côté du Mirador del Sol, à huit kilomètres du but. Diaz n'a pas laissé faire et Quintana va donc se tourner vers d'autres objectifs dans la perspective du prochain Tour de France.

Si Dani Diaz a donc course gagnée, ce n'est pas forcément dans un enthousiasme débordant que la victoire de l'ancien coureur de la formation La Pomme Marseille a été accueillie. Sans doute parce que le champion d'Argentine appartient à l'équipe brésilienne Funvic-Sao José Dos Campos et que l'insolente domination des coureurs de la formation carioca a laissé perplexe l'ensemble des suiveurs européens.

Au sommet de Comechingones, qui pourrait se traduire par la terre des envahisseurs d'après les écrits des Conquistadors espagnols au XVIe siècle, c'est le peu charismatique brésilien Kléber Da Silva, coéquipier de Diaz et déjà troisième de l'étape en haut du Mirador del Potrero le deuxième jour, qui est parvenu à s'imposer dans les derniers mètres devant le Colombien Rodolfo Torres, son leader Dani Diaz et le Colombien Nairo Quintana. «C'est la victoire la plus importante de ma carrière, disait celui qui n'avait pas obtenu le moindre succès depuis 2012. Ce n'était pas simple car je me suis sacrifié pour Dani tout au long de la montée finale mais j'ai eu les forces nécessaires pour aller jusqu'au bout. Je gagne l'étape et Dani est leader du Tour de San Luis, on ne pouvait pas rêver mieux.»

Sur un nuage

L'équipe Funvic est bien sur son nuage. La fête aurait sans doute été plus belle si Alex Diniz, un autre Brésilien, suspendu pour dopage à l'EPO en 2009, n'avait pas été contraint de quitter la course avant le contre-la-montre de vendredi en raison d'une infection intestinale foudroyante. «On a couru à la perfection, se réjouissait Diaz sur la ligne d'arrivée. On est parvenu à contrôlé l'étape. Kléber (Da Silva) a réalisé un travail remarquable durant toute la montée et en plus il gagne l'étape. Je me suis contenté de surveiller Quintana car avec lui on ne sait jamais. À deux kilomètres de l'arrivée, j'ai senti qu'il ne pouvait plus rien m'arriver et j'avais de très bonnes jambes aujourd'hui.»

Source : lequipe.fr
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux]
aliG
Membre
Avatar de l’utilisateur
Messages: 7082
Localisation: Le Plessis-Robinson (92)
Partie FM: West Ham United 2029-30
 

Re: Cyclisme (2015)

de aliG 26 jan 2015 - 18:19

[t]Tour de San Luis : Mark Cavendish trouve la faille[/t]

[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux]


Pris de vitesse depuis le début de l'épreuve, Mark Cavendish a remporté la dernière étape du Tour de San Luis. Sa première victoire depuis août.

Pour la première fois de la saison 2015, le Britannique Mark Cavendish (Etixx-Quick Step) a enfin trouvé l’ouverture sur le Tour de San Luis où il s’est imposé au sprint à l’occasion de la 7e et dernière étape devant la révélation colombienne Fernando Gaviria (Sélection de Colombie) et l’Italien Jakub Mareczko (Sélection d’Italie). Cavendish n’avait pas gagné depuis le mois d’août dernier avec une victoire d’étape sur le Tour Poitou-Charentes à Niort.

«Cette fois, le sprint a été différent et j’ai parfaitement anticipé le final, disait Cavendish. De plus, l’équipe a impeccablement imposé son train. J’avais fait deux places de deux, ce qui n’était pas pour moi un mauvais résultat, mais je savais que je pouvais gagner. Avec une victoire, mes deux places de deux et celle de Michal Kwiatkowski, le bilan de ce Tour de San Luis est largement satisfaisant.»

L’Argentin Dani Diaz (Funvic) remporte le classement général final pour la deuxième fois et Nairo Quintana termine à la troisième place.

Vainqueurs d'étape :

1è étape : [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Fernando Gaviria (Sélection colombienne)
2è étape : [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Daniel Díaz (Funvic Brasilinvest - São José dos Campos)
3è étape : [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Fernando Gaviria (Sélection colombienne)
4è étape : [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Daniel Díaz (Funvic Brasilinvest - São José dos Campos)
5è étape (CLM) : [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Adriano Malori (Movistar)
6è étape : [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Kléber Ramos (Funvic Brasilinvest - São José dos Campos)
7è étape : [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Mark Cavendish (Etixx - Quick Step)


Classement général final :

1. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Daniel Díaz (Funvic Brasilinvest - São José dos Campos) en 22h37'07"
2. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Rodolfo Torres (Colombia) à 1'05"
3. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Nairo Quintana (Movistar) à 1'34"
4. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Eduardo Sepulveda (Bretagne - Séché) à 2'02"
5. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Rodrigo Contreras (Sélection colombienne) à 3'16"

Source : lequipe.fr
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux]
aliG
Membre
Avatar de l’utilisateur
Messages: 7082
Localisation: Le Plessis-Robinson (92)
Partie FM: West Ham United 2029-30
 

Re: Cyclisme (2015)

de aliG 29 jan 2015 - 19:55

[t]Trofeo Santanyi / Ses Salines - Pelluchi au sprint[/t]

[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux]


L'Italien Matteo Pelluchi a remporté le Trophée Santanyi - Ses Salinas - Campos, première journée de la semaine de Majorque. Il s'est imposé au terme d'un sprint massif devant son compatriote Elia Viviani, l'Espagnol José Joaquin Rojas et le Français Nacer Bouhanni. Vendredi, les sprinters auront la partie plus difficile lors des 149 km entre le port d'Andratx et le Mirador d'Es Colomer.

Classement :

1. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Matteo Pelucchi (IAM Cycling) en 4h17'55"
2. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Elia Viviani (Sky) à 0"
3. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] José Joaquín Rojas (Movistar) à 0"
4. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Nacer Bouhanni (Cofidis) à 0"
5. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Danny Van Poppel (Trek) à 0"

Source : lequipe.fr
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux]
Phenom'
Membre
Avatar de l’utilisateur
Messages: 7139
Localisation: La Roche (85)
Partie FM: West Ham Utd
 

Re: Cyclisme (2015)

de Phenom' 01 fév 2015 - 20:48

Le looser est devenu au final une légende !


A bientôt 38 ans, Cadel Evans a mis un terme à sa carrière, ce dimanche, à l’issue de sa course créée pour l’occasion, la Cadel Evans Great Ocean Road Race, dont il a pris la cinquième place. L’occasion pour Velochrono de revenir sur un personnage et une carrière atypiques, ponctuée de désillusions puis de coups d’éclats.

Un début de carrière canon, trop canon.

Dimanche 24 juillet 2011, Cadel Evans vient d’entrer dans la légende du cyclisme. En remportant le Tour de France suite à un contre-la-montre parfait, la veille, à Grenoble, la nouvelle idole de l’Australie a accompli un souhait vieux de vingt ans. Celui d’un adolescent de quatorze ans qui découvre, devant sa télé, le Tour de France, en 1991 : « J’ai regardé mon premier Tour à la télévision il y a vingt ans et j’ai su que j’allais gagner cette course. A l’époque, beaucoup de gens ont cru en moi, notamment mes premiers entraîneurs. » La suite de l’Histoire, on la connait : le jeune Cadel ne va pas faire ses premières armes sur route, mais sur les sentiers du cross-country. C’est dans cette discipline qu’il se découvre des facultés pour le cyclisme. Deux classement généraux de la Coupe du Monde et deux titres de champion d’Australie plus tard, le voici chez la Saeco où il remporte le Brixia Tour et le Tour d’Autriche et démontre ses talents de grimpeur. Ce sont ses grands débuts sur route et ils sont réussis, alors l’armada Mapei d’Alvaro Crespi lui fait très vite les yeux doux. Il signe dans l’équipe italienne en novembre 2001. Evans ne croit pas énormément en son talent mais d’autres vont le faire pour lui : « Quand je suis passé au cyclisme sur route, il y a des gens qui y ont cru plus que moi, comme mon entraîneur Aldo Sassi. »

Dès sa première année chez Mapei, l’Australien va montrer aux yeux de tous des qualités exceptionnelles. Il termine dixième de Paris-Nice, sixième du Tour du Pays basque et troisième au Tour de Romandie. Il se présente au départ de son premier grand tour, le Giro, en tant qu’équipier de luxe de Stefano Garzelli, lequel va être contrôlé positif et mis hors course. Cadel Evans se retrouve leader de la Mapei, endosse le maillot rose lors de la seizième étape et l’on imagine alors qu’il va remporter ce Tour d’Italie. Mais le lendemain, c’est la déconvenue, il est victime d’une énorme défaillance et perd un quart d’heure sur les leaders. C’est ainsi que débute une longue période de pépins, de malchance et de places d’honneur qui vont lui donner l’image d’un loser. Ses deux saisons chez T-Mobile, son équipe suivante, vont être un calvaire. Il se fracture trois fois la clavicule et n’obtient aucun résultat probant. Il signe alors chez Lotto où il va devenir un Poulidor des temps modernes. Il cumule les secondes places, notamment lors des Tours de France 2007 et 2008. Cadel Evans est moqué et on lui reproche son manque d’audace et de tempérament offensif. Chose facile à dire mais plus difficile à faire quand on se retrouve derrière le train de l’US Postal ou face au Contador pré-suspension. Dans une période bouffée par les histoires de dopage, Evans a toujours affiché des limites et on peut se demander quel aurait été son palmarès dans une époque plus saine.

Le tournant Mendrisio.

A cet instant de sa carrière, Cadel Evans est un cador mondial, omniprésent dans le paysage cycliste international, mais il jouit d’une image un peu particulière : celui d’un suceur de roue qui colle aux basques de ses adversaires. Avant de devenir légende, il a eu l’étiquette du raton et ça l’agaçait. Amaël Moinard, son équipier chez BMC, regrette cette réputation de l’époque : « C’est facile de dire que c’était un suceur de roue. On a toujours vu ça comme un reproche alors qu’en fait c’était sa grande qualité. Oui, Cadel était un suiveur mais pour le décrocher il fallait vraiment y aller. Il avait une hargne hors norme pour s’accrocher à des mecs qui avaient peut-être des qualités physiques supérieures aux siennes. Tout le monde lui reprochait cela, même dans le peloton, mais je crois qu’il se nourrissait de ces critiques pour être encore plus fort. » Mais tout va changer. Il reste quatre kilomètres lors du Championnat du monde 2009, à Mendrisio, en Suisse. Cancellara vient d’asphyxier tous ses adversaires et chacun a besoin de souffler. Trois hommes profitent d’un relai plus appuyé pour fausser compagnie au groupe qui va se jouer le maillot arc-en-ciel. Il s’agit de Kolobnev, Rodriguez et Evans. Quelques hectomètres plus loin, les deux adversaires de l’Australien se regardent, c’est le moment choisi par ce dernier pour attaquer, une fois n’est pas coutume, et aller chercher le titre mondial : « C’est vrai que, pour une fois, j’ai eu de la chance et de bonnes jambes pour atteindre un objectif. Je crois que ma persévérance a enfin été récompensée », résume-il avec émotion, son maillot arc-en-ciel sur les épaules. Evans a attaqué et a gagné. Un autre coureur est né ce 27 septembre 2009.

En conférence de presse, il profitera du coup de projecteur offert par son titre mondial pour évoquer les railleries dont il a pu faire l’objet : « J’ai accepté les critiques, on m’a souvent traité de loser. Ça m’a parfois rendu très triste car celui qui est deuxième fait le même travail que le vainqueur. Mais ça ne m’a jamais déstabilisé. J’ai continué à faire mon job avec la même volonté pour être récompensé un jour. Aujourd’hui, j’apporte la réponse avec de l’or. » Mais ce n’est pas l’aboutissement, ce n’est en fait que le commencement. Selon Amaël Moinard, le vrai tournant a lieu en 2010 : « Pour moi, son déclic a été sa signature chez BMC. Je dis souvent que Cadel était un leader à l’ancienne. Il avait besoin de toute l’équipe à sa disposition. Et l’équipe marchait en fonction de Cadel, quand il était au top, il tirait tout le monde vers le haut, quand il n’était pas bien comme au Tour de France 2013, toute l’équipe n’allait pas bien. Je pense qu’en venant chez BMC, il a trouvé ce qu’il lui fallait. » Paré de son maillot arc-en-ciel, Evans remporte la Flèche Wallonne, et c’est quelques semaines plus tard qu’il va marquer les esprits. La septième étape du Giro, en direction de Montalcino, emprunte les chemins de terre des Strade Bianche. Ce 15 mai, il pleut et l’étape ressemble plus un cyclo-cross qu’à une étape de grand tour. Ils sont sept à se présenter dans la dernière ligne droite pour la gagne. Les traits tirés par une journée éreintante, les visages et les maillots maculés de boue, ils veulent tous inscrire leur nom à cette étape décrite comme l’une des plus dures et des plus mythiques du cyclisme moderne. Cadel Evans lance son sprint de loin, mais personne ne va réussir à le sauter sur la ligne.

Dans la légende !

Sa légende, Cadel Evans va encore plus l’écrire en 2011 : il remporte Tirreno-Adriatico, le Tour de Romandie et se présente au Tour de France avec le statut de co-favori et un objectif clair en tête. Il doit se présenter au dernier contre-la-montre avec un minimum de retard sur ses adversaires directs, à savoir, un Contador usé par ses récents exploits au Giro, et les frères Schleck. Lors de la quatrième étape à Mûr de Bretagne, Evans s’impose et démontre à tout le monde qu’il est en grande forme. Avant de construire jour après jour, avec patience et maestria, un succès qui couronnera sa carrière. « Rien ne pouvait arriver, tout se passait idéalement et c’était comme une suite logique qu’il gagne », se rappelle Amaël Moinard. Les leaders « escamotent » les Pyrénées, du pain béni pour Evans qui n’a plus qu’à tenir le coup dans les Alpes, ce qui ne va pas être de tout repos. Andy Schleck lance une grande offensive vers le Galibier. Un périple de soixante kilomètres où il peut entrevoir le maillot jaune sur les Champs Elysées. L’écart grimpe jusqu’à plus de quatre minutes. Au moment d’aborder le Lautaret, Cadel Evans prend les devants du groupe de contre-attaque et ne quittera pas cette place avant les derniers hectomètres de l’étape. Un mano a mano à distance se déroule entre les deux hommes. Dans la roue d’Evans, tout le monde souffre. Contador est distancé à 1,5 kilomètres du but. Sur la ligne, l’écart est descendu à deux minutes. Scheck a été très grand et Evans immense. Laurent Jalabert expliquera sur RTL : « L’étape du Galibier a démontré les grosses capacités physiques et psychologiques de Cadel. Il y a quelques années, Evans serait resté dans la roue et aurait attendu que quelqu’un fasse l’effort. »

Le lendemain, Contador passe à l’offensive avec Andy Schleck dès le début de l’étape. Ils sont rejoints par Cadel Evans et Thomas Voeckler, lesquels lâchent prise un peu plus loin. Là où Voeckler va insister pour recoller aux deux hommes et griller des cartouches, Evans attend intelligemment le peloton et ses coéquipiers. Un travail d’équipe payant qui va lui permettre de ne pas perdre de temps en haut de l’Alpe d’Huez. Amael Moinard raconte : « Ce Tour de France c’était vraiment un groupe autour de Cadel. J’en rajoute un peu, mais c’est comme si on était prêts à mourir pour lui. On a toujours eu confiance en lui. » Il ne restait plus qu’à finir le travail le lendemain, à Grenoble, dans le contre-la-montre, en comblant son retard sur Andy Schleck. Non sans l’appréhension d’échouer comme cela avait été le cas en 2007 et 2008. Mais le Cadel Evans de 2011 n’était défitivement plus le même. La consécration était là, au bout des 3430 kilomètres du parcours, avec tous les hommages qui vont avec. « Il le mérite vraiment parce qu’il se bat pour ça depuis plusieurs années », indiquait John Lelangue, son manager. « C’est un digne vainqueur. Sa manière de courir n’est pas spectaculaire mais il a montré qu’il était très fort », estimait de son côté Contador. Trois ans plus tard, c’est la retraite. Il est resté performant jusqu’au bout mais n’a plus jamais réussi à batailler pour la gagne sur le Tour de France. 2011, c’était l’année ou jamais et il a saisi sa chance. Comme si la seconde partie de sa carrière était celle de tous les accomplissements, quand tant d’autres champions n’arrivent pas à inverser la tendance dans leurs plus belles années et raccrochent sans être allés chercher le Graal. Il reste d’Evans cette fossette au menton, cette petite voix fluette parlant un Français approximatif et ce large sourire lui donnant un air parfois naïf. Mais aussi un Mondial, une Flèche wallonne, des maillots roses, des maillots jaunes. Et surtout son nom au palmarès du Tour. Contre toute attente, Cadel Evans se retire avec le statut de légende, premier Australien à avoir conquis les sommets.

Source : Vélochrono.


:respect: :coeur:
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux]

:west: Phenom' 22-1 | Avatar : Diafra Sakho :west:
Carnets : Règles - Référencements - Conseils d’Écritures
Autres : Ressources - Requêtes - Petit Carnet des Stories
aliG
Membre
Avatar de l’utilisateur
Messages: 7082
Localisation: Le Plessis-Robinson (92)
Partie FM: West Ham United 2029-30
 

Re: Cyclisme (2015)

de aliG 02 fév 2015 - 15:11

[t]Trofeo Andratx - Cummings devant Valverde[/t]

[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux]


La deuxième course de la semaine de Majorque, le Trophée Andratx - Mirador d'Es Colomer, a été remportée vendredi par le Britannique Stephen Cummings (MTN-Qhubeka), qui a battu d'un cheveu l'Espagnol Alejandro Valverde (Movistar). Le rouleur anglais de 33 ans, vainqueur notamment du Tour méditerranéen 2014 et d'une étape du Tour d'Espagne en 2012, s'est détaché dans la dernière difficulté et a conservé jusqu'au bout quelques mètres d'avance sur Valverde, arrivé dans le même temps. L'Italien Davide Formolo (Cannondale) a pris la troisième place à six secondes.

Classement final :

1. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Steve Cummings (MTN Qhubeka) en 3h56'30"
2. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Alejandro Valverde (Movistar) à 0"
3. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Davide Formolo (Cannondale - Garmin) à 6"
4. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Bauke Mollema (Trek) à 6"
5. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Leopold König (Sky) à 6"

Source : lequipe.fr



______


[t]Trofeo Serra de Tramuntana : Première victoire pour Valverde[/t]

[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux]


Après avoir échoué à la deuxième place la veille, Alejandro Valverde (Movistar) a signé sa première victoire de la saison à l'issue du Trophée Serra de Tramuntana, comptant pour le Challenge de Majorque, samedi. Le coureur espagnol s'est imposé en solitaire après avoir passé en premier le Coll de sa Batalla (2e catégorie), dernier obstacle de la journée. Il prend ainsi les rênes du classement général alors que Tim Wellens (Lotto) et Leopold Konig (Sky) ont respectivement terminé deuxième et troisième.

Classement final :

1. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Alejandro Valverde (Movistar) en 4h34'29"
2. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Tim Wellens (Lotto - Soudal) à 1'23"
3. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Leopold König (Sky) à 1'33"
4. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] José Joaquín Rojas (Movistar) à 2'10"
5. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Marc de Maar (Rompoot) à 2'10"

Source : lequipe.fr



______


[t]Trofeo Playa de Palma : Pelucchi s'offre Greipel[/t]

[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux]


Déjà vainqueur jeudi du Trofeo Ses Salines devant Viviani, Rojas et Bouhanni, Matteo Pelucchi (IAM) s'est offert cette fois André Greipel pour remporter au sprint le Trofeo Playa de Palma, quatrième et dernière épreuve du Challenge de Majorque. «Aujourd'hui, c'était plus dur que la première étape, a expliqué l'Italien. Il pleuvait, avec beaucoup de vent. J'avais tellement froid que je me suis presque arrêté. Dans le dernier kilomètre, j'ai retrouvé de bonnes jambes et j'ai été super bien amené dans la roue de Greipel.» Bryan Coquard (Europcar) s'est classé 5e, Nacer Bouhanni (Cofidis) 16e.

Classement :

1. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Matteo Pelucchi (IAM Cycling) en 4h06'17"
2. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] André Greipel (Lotto - Soudal) à 0"
3. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Ben Swift (Sky) à 0"
4. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Sam Bennett (Bora - Argon 18) à 0"
5. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Bryan Coquard (Europcar) à 0"

Source : lequipe.fr



______


[t]G. P. de la Marseillaise : Ligthart gagne au sprint une course cadenassée par le vent[/t]

[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux]


Le Néerlandais Pim Ligthart a profité du vent, fatal aux puncheurs et aux grimpeurs, pour remporter au sprint le GP La Marseillaise, première manche de la Coupe de France, dimanche.

Les espoirs des puncheurs et des grimpeurs se sont envolés dans le vent qui couchait les pins entre Cassis et Marseille, dimanche après-midi, pour la première course française du calendrier. Le GP La Marseillaise se joue traditionnellement dans l’ultime bosse, la côte de la Gineste. Mais le vent de face interdisait toute initiative. «Ils ont essayé dans le bas (là où les pourcentages sont les plus forts), expliquait Yvon Madiot, le directeur sportif de la FDJ, en parlant de Vichot et Cie. Mais ils ont vite buté dans le vent. Ils ont laissé tomber.»

La FDJ n’avait pas emmené de sprinteur, comme la plupart des autres équipes. Une aubaine pour Lotto-Soudal, qui a bossé dur pour emmener l’ancien champion des Pays-Bas, Pim Ligthart (26 ans), dans les meilleures conditions. «Nous, on comptait sur Kris Boeckmans pour le sprint mais il n’était pas dans une grande journée et il a lâché prise dans la côte (le col de l’Espigoulier, 52 km de l’arrivée), racontait Mario Aerts, le directeur sportif de l’équipe belge. Ensuite, on s’est efforcé de durcir la course avec Maxime Monfort, Vegart Breen, Sean de Bie, Sander Armee. Pim Ligthart s’est économisé pour le sprint. On sait qu’il va vite mais ici ce n’est pas un sprint facile.»

«Chez les amateurs, j’ai fait deux ans à Aix-en-Provence, donc je connais bien la route et c’est un plaisir pour moi de gagner ici, appréciait le vainqueur. J’ai presque lâché dans l’Espigoulier, j’étais vraiment dans les dernières roues, mais j’ai réussi à rentrer. Dans la Gineste, c’était plus facile, d’autant qu’on avait un coureur dans l’échappée. J’ai attendu le sprint. J’ai pris la route de Vanbilsen (vainqueur l'année dernière et qui échoue à la deuxième place ce dimanche) et je suis sorti à 200m de la ligne. Ca va me donner de la confiance pour la saison.»

Un autre Belge, Antoine Demoitié (Wallonie - Bruxelles), a complété le podium. Le premier Français, Jonathan Hivert (Bretagne-Séché environnement), s'est classé cinquième.

Classement final :

1. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Pim Ligthart (Lotto - Soudal) en 3h39'33"
2. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Kenneth Van Bilsen (Cofidis) à 0"
3. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Antoine Demoitié (Wallonie - Bruxelles) à 0"
4. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Baptiste Planckaert (Roubaix - Lille Métropole) à 0"
5. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Jonathan Hivert (Bretagne - Séché) à 0"

Source : lequipe.fr
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux]
aliG
Membre
Avatar de l’utilisateur
Messages: 7082
Localisation: Le Plessis-Robinson (92)
Partie FM: West Ham United 2029-30
 

Re: Cyclisme (2015)

de aliG 04 fév 2015 - 19:42

[t]Tour de Dubaï : Cavendish gagne la première étape[/t]

[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux]


Le Britannique Mark Cavendish s'est offert la victoire de la première étape du Tour de Dubaï à la photo-finish, mercredi.

Mark Cavendish (Quick Step) a lancé son sprint un peu tôt, mais s'est tout de même adjugé la victoire de la première étape du Tour de Dubaï, mercredi. Le Britannique, champion du monde en 2011, s'est appuyé sur l'Australien Mark Renshaw en dernier relayeur, mais a été rapidement rejoint par Andrea Guardini. Il a eu besoin de la photo-finish pour confirmer sa victoire sur le coureur italien d'Astana.

Elia Viviani a pris la 3e place de cette étape de 145 km entre Dubaï et Union House Flag. Toutes les étapes du Tour de Dubaï démarrent au club nautique international de la ville. La deuxième étape, jeudi, est longueur de 185 km, avec l'arrivée fixée à Palm Jumeirah.

Classement de l'étape :

1. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Mark Cavendish (Etixx - Quick Step) en 3h25'00"
2. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Andrea Guardini (Astana) à 0"
3. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Elia Viviani (Sky) à 0"
4. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Aleksandr Porsev (Katusha) à 0"
5. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Juan José Lobato (Movistar) à 0"


Classement général :

1. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Mark Cavendish (Etixx - Quick Step) en 3h24'50"
2. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Andrea Guardini (Astana) à 4"
3. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Elia Viviani (Sky) à 6"
4. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Ben Swift (Sky) à 7"
5. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Alessandro Bazzana (UnitedHealthcare) à 7"

Source : lequipe.fr



______


[t]Étoile de Bessèges : La maîtrise des Lotto[/t]

[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux]


Le Belge Kris Boeckmans (Lotto-Soudal) a remporté au sprint la première étape de l'Etoile de Bessèges parachevant ainsi un travail collectif de ses équipiers.

Le Belge Kris Boeckmans (Lotto-Soudal) a remporté la première étape de la 45e Etoile de Bessèges. Il s'est imposé au sprint devant son compatriote Edward Theuns (Topsport) et l'Italien Marco Coledan (Trek) au terme des 154 kilomètres qui relient Bellegarde à Beaucaire. Boeckmans a réglé un groupe de treize coureurs qui a traversé la Terre d'Argence à la moyenne de 44,938 km/h durant une journée froide et venteuse.

Dans une première étape qui ressemblait davantage à une classique du nord qu’à une promenade au soleil, les Lotto-Soudal de Tony Gallopin ont encore su imposer leur maîtrise du vent. Les Belges ont été de tous les coups et ont pu lancer sur orbite leur sprinteur, Kris Boeckmans, qui n’avait pas survécu à la montée de l’Espigoulier dans la Marseillaise, dimanche.

«Après le deuxième Grand Prix de la montagne, j'ai lancé une bordure avec mon coéquipier Pim Ligthart (vainqueur à Marseille), racontait le Flamand. On est sortis en contre à environ 25 coureurs. Sur le circuit final, il y a eu beaucoup d'attaques et il y avait des coureurs un peu partout. J'ai réussi à remonter de groupe en groupe. On s’est finalement retrouvés à treize en tête, dont trois de notre équipe (Boeckmans, Ligthart et Dennis Vanendert), sur un dernier contre. La situation était idéale.» «Pim Ligthart a attaqué deux fois pour mettre les autres sous pression», complétait Mario Aerts, le directeur sportif de Lotto. Boeckmans n’avait qu’à finir le travail : «Je suis resté dans les roues en attendant le sprint.»

Sarreau, première

Marc Sarreau (21 ans, FDJ) a lui remporté le sprint de ce qu’il restait du peloton pour sa première course de la saison. «C’était dur, on n’a pas débranché de la journée, soufflait le néo-pro. On craignait évidemment les bordures et on a essayé de rester placés et groupés pour protéger Thibaut Pinot. Moi, je me suis retrouvé dans un groupe en contre et on a réussi à rentrer sur l’échappée. Mais au moment où on faisait la jonction, c’est sorti direct. Ensuite, quand on a vu qu’on n’allait plus les reprendre, je me suis dit que je devais quand même faire le sprint pour me jauger un peu. Les Cofidis et Marseille ont emmené mais j’ai frotté pour rester bien placé. Quand on a roulé tout l’hiver, on a envie de se mesurer aux autres. Ces conditions météo ne me dérangent pas et j’aime bien frotter.»

Source : lequipe.fr
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux]
aliG
Membre
Avatar de l’utilisateur
Messages: 7082
Localisation: Le Plessis-Robinson (92)
Partie FM: West Ham United 2029-30
 

Re: Cyclisme (2015)

de aliG 05 fév 2015 - 22:07

[t]Tour de Dubaï : Viviani s'offre Cavendish[/t]

[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux]


L'Italien Elia Viviani a remporté jeudi la deuxième étape du Tour de Dubaï courue entre l'aéroport international et la presqu'île de Palm Jumeirah. Mark Cavendish a fini troisième.

Recruté à l'intersaison par l'équipe Sky, Elia Viviani a remporté sa première victoire sous ses nouvelles couleurs ce mardi lors de la deuxième étape du Tour de Dubaï. Pour cela, le sprinter italien s'est offert le luxe de battre le Britannique Mark Cavendish (Etixx-Quick Step), qui l'avait emporté la veille devant l'Italien Andrea Guardini (Astana). Ce dernier s'est classé troisième de cette étape de 185 km conclue sur la presqu'île artificielle de Palm Jumeirah. Cavendish ne réalisera donc pas le triplé des étapes plates comme Marcel Kittel en 2014.

Classement de l'étape :

1. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Elia Viviani (Sky) en 4h29'59"
2. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Mark Cavendish (Etixx - Quick Step) à 0"
3. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Andrea Guardini (Astana) à 0"
4. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Aleksandr Porsev (Katusha) à 0"
5. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Andrea Palini (Skydive Dubaï) à 0"


Classement général :

1. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Mark Cavendish (Etixx - Quick Step) en 7h54'43"
2. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Elia Viviani (Sky) à 2"
3. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Andrea Guardini (Astana) à 6"
4. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Davide Frattini (UnitedHealthcare) à 11"
5. [Image non affichée : lien mort ou lien défectueux] Ben Swift (Sky) à 13"

Source : lequipe.fr



______


[t]Étoile de Bessèges : Le vent de la rébellion[/t]

[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux]


Le Belge Roy Jans (Wanty-Groupe Gobert) a remporté au sprint la deuxième étape de l'Etoile de Bessèges, jeudi entre Nîmes et Les Fumades (155,7 km). Il a devancé sur la ligne le Français Alexandre Blain (Marseille) et le Luxembourgeois Bob Jungels (Trek). Son compatriote Kris Boeckmans (Lotto-Soudal) a, lui, conservé le maillot de leader à l'issue d'une journée marquée par les sautes d'humeur du peloton.

28 km/h de moyenne après deux heures de course. Le peloton de l’Etoile de Bessèges affichait un rendement de cyclotouriste au départ d’une deuxième étape où le peloton avait l’impression de se débattre dans une soufflerie tellement le vent contraire s’acharnait à le freiner. «Le début du parcours était dangereux, raconte Thomas Voeckler. Ça soufflait énormément, des grosses rafales, et il était vraiment difficile de rouler. Il y avait carrément trop de vent pour faire du vélo. On s’est fait des frayeurs. Fallait tenir le guidon et certainement pas avoir des roues à jante haute. Un gars comme Florian Vachon (Bretagne-Séché) s’est envolé. C’est imagé mais c’est vrai : une rafale lui a soulevé les deux roues. En fait, il aurait fallu repousser la ligne de départ à l’endroit où le vent a baissé. Ç’aurait été plus sage»

Dégoûtée, une partie du peloton a posé pied à terre au premier passage sur la ligne, au bout d’une cinquantaine de kilomètres seulement. Les contestataires voulaient supprimer la grande boucle de 80 km qui les conduisait jusqu’en Ardèche pour redescendre sur les Fumades, et se contenter de quelques tours du circuit final. Les organisateurs n’ont pas cédé. Les Néerlandais de Roompot Vakanties non plus, qui sont remontés en selle et ont dépêché Tim Kerkhof à l’avant. «Il y a eu un petit mouvement de protestation, reprend Voeckler. Disons que c’est ceux que ça arrangeait qui ont gueulé un peu. Ceux qui devaient rouler auraient préféré avoir une étape raccourcie. Paradoxalement, le vent était redescendu et les risques n’étaient pas du tout comparables à l’endroit où le peloton s’est arrêté. J’étais derrière, j’attendais que ça se passe.»

Quelques kilomètres plus loin, pendant que Kerkhof se fait la malle, deuxième arrêt. Nouvelles palabres. «Ça ne ressemblait plus trop à grand chose, rigole Voeckler. J’ai dit à Tony (Gallopin) : ''Viens, on y va''. On est passés devant et tout le monde a embrayé. Je ne suis pas allé chercher le Hollandais, j’ai attaqué dans la montée parce que si ça bordurait, après, sur le circuit, je n’étais pas le plus à l’aise. J’ai roulé avec Hugo Houle (AG2R La Mondiale).» Le Hollandais volant ramené à terre, le peloton s’attendait à un sprint massif sur la petite route en faux plat montant des Fumades. Mais une grosse chute a désorganisé tout le monde. «Il y avait pas mal de mecs par terre, raconte encore Voeckler, dont Bryan (Coquard). En début d’année, c’est toujours risqué parce qu’on n’a pas encore retrouvé nos réflexes pour courir ensemble.» Le Belge Roy Jans (Wanty) en a profité pour se propulser sous la ligne, suivi de près par Alexandre Blain (Marseille) et le Luxembourgeois Jungels (Trek). Un mini-sprint qui a aussi battu le soleil de justesse, la course s’achevant avec plus d’une heure de retard sur l’horaire prévu.

Source : lequipe.fr
[Image non affichée : lien mort ou lien défectueux]

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités